<< Retour

Prix spécial Artisanat
Peinto-sphère

Collège Villa Blanche Menton, Alpes-Maritimes

Carla CAPDASPE et Ambre CAGLIERO Classe de 3e Saint-Exupéry avec Mme Florence Cassegrain, professeure documentaliste

Score du jeu : 742 000

Peinto-sphère

C: Bonjour à tous, aujourd’hui sur le plateau de Planétérama nous recevons Mme Ambre.

A: Bonjour, merci de me recevoir. Je suis ici pour vous présenter mon métier qui est indispensable à la survie de notre planète.

C: En quoi consiste-t-il ?

A: Vous connaissez le métier de peintre, être peinto-sphère consiste à peindre l’atmosphère. Ainsi dès que je constate un trou causé par la pollution je le rebouche avec de la peinture peinto-sphérique composée d’atomes d’oxygène puis j’applique un stabilisateur. Nous intervenons surtout au mois d’août lorsque la couche d’ozone est plus fine.

C: Quelles sont les qualités requises ?

A: Les qualités requises sont l’agilité et la patience. Sur les plato-sphères il faut être attentif et ne pas avoir peur du vide.

C: En quoi ce métier vous plaît- il ?

A:Les peintos-sphères sont les médecins urgentistes de notre planète, nous mettons tout en œuvre pour préserver la vie des générations futures. Aujourd’hui nous sommes les seuls à lutter pour peindre les trous de la couche d’ozone qui sinon serait dans un état préoccupant. Je me sens utile, les journées se suivent mais ne se ressemblent pas.

C: Quelles sont les études nécessaires ?

A: Bac + 3 spécialisation atmosphère.

C: Y a-t-il beaucoup de femmes peinto-sphère ?

A: Bien sûr ! Dans l’entreprise dans laquelle je travaille il y a autant de femmes que d’hommes.

C: Merci pour tout ce que vous faites.

Prix Classe / Vidéo – Blog – École de Montpellier
Nettoyeur d’air, récupérateur de satellites et Aquarobots

Nettoyeur d’air Réalisé par Amir, Jade et Amélie Jade interviewe ses amis Amir et Jade, qui présentent le métier de nettoyeur d’air, le matériel utilisé par ces derniers (jetpack) et les études qu’il faut réaliser pour faire ce métier.

Récupérateur de satellites Réalisé par Matéo, Emma, Paloma Matéo et Emma sont interrogés par Clément. Ils expliquent les outils technologiques disponibles et leur parcours pour devenir récupérateur de satellites.

Aqua-robots Réalisé par Rami, Mathis, Clément Rami pose des questions à Paloma et Mathis qui travaillent sous la mer. Ils énoncent leurs études, leurs tâches et le fonctionnement des robots utilisés pour protéger la biodiversité, l’environnement et les femmes et les hommes.

 

Prix Individuel / Vidéo – Blog
Créatrice de couche d’ozone

Lison CEPRE et Olivia DUREAU 4ème , collège Anne Franck, Le Mans

Voir la vidéo : Créatrice de couche d’ozone

Prix Individuel / Texte
Constructeur de télé-porteurs

Tommy BERNARD Collégien, 14 ans Hadol, les Vosges

Score individuel : 60 000

Constructeur de télé-porteurs

En 2037, hors de notre système solaire, sur la planète XI, plus rien ne va. La température et les catastrophes naturelles ne cessent de s’accroître. Nous pouvons voir des tsunamis atteignant 200 mètres de haut, alors qu’en 2034, ceux-ci ne faisaient que 60 mètres de haut!

Pour notre sécurité, nous avons installé de grandes protections indestructibles en forme de dôme autour de chaque ville de la planète XI. Le problème de ces aménagements est que nous ne pouvons plus aller dans d’autres villes pour travailler ou encore, pour voir notre famille. C’est là qu’intervient mon métier: Il consiste à fabriquer des télés- porteurs, une machine qui sert à téléporter une personne ou un objet vers une destination. Il suffit d’aller à l’intérieur et d’indiquer l’adresse pour le faire fonctionner. Nous en mettons à disposition de chaque personne, qu’elle soit riche ou pauvre.

Comme je suis le chef de l’entreprise, je tiens à ce qu’il y ait un esprit d’équipe entre hommes et femmes. Grâce à notre esprit d’équipe, chaque année, nous améliorons nos télés-porteurs, ce qui permet de faire de plus grands voyages. Ces améliorations permettent aussi de découvrir de nouvelles planètes, ce qui aide grandement nos amis scientifiques. Nous sommes fiers de notre métier et d’aider la population.

Prix Classe / Vidéo – Blog
Inventeur d’aspirateurs de pollution

Collège Villa Blanche, Menton, Alpes-Maritimes

Camille Larrive et Emma Geslin Classe de 3e Lindberg avec Mme Florence Cassegrain, professeure documentaliste

Score du jeu : 742 000

Inventeur d’aspirateurs de pollution

Camille et Emma sont deux jeunes femmes vivant en 2037. Elles nous font découvrir le fonctionnement des appareils qu’elles ont créés pour réduire le CO2.

 

Prix Classe / Texte – Écoles de Montpellier
Stylvépétien-stylvépétienne

École élémentaire Chengdu, Montpellier

Lola, Meylie, Meyssa et Shana Classe de CM1 avec Mme Anne-Sophie VANDECASTELE-GUENET, professeure

Stylvépétien-stylvépétienne

Bonjour, En 2037, nous avons inventé le métier de stylvépétien-ne. Cela consiste à créer des vêtements ayant pour but de soigner les enfants et les animaux. C’est un travail d’hommes et de femmes, pour y accéder il faut avoir un diplôme bac+5, nous travaillons 6 jours sur 7, et 12 heures sur 24, notre jour de repos est le dimanche, Nous gagnons 2380 euros par mois. Dans notre équipe, il y a 4 filles et 4 garçons : Clément, Enzo, Lola, Mathéon, Mathieu, Meylie, Meyssa et Shana.

Hier, avec mon équipe nous avons soigné un chihuahua grâce à un bonnet et un tee-shirt de notre fabrication. Nous travaillons à l’intérieur et à l’extérieur. Par exemple, l’année dernière nous sommes allés dans un zoo soigner des pandas. Nous sommes même allés dans un parc aquatique où nous avons soigné des dauphins. On crée aussi des vêtements pour les nourrissons afin d’éviter les risques d’allergie.

On parcourt le monde pour rendre visite aux enfants dans les hôpitaux mais nous recevons également des enfants et des animaux dans notre maison de santé à Montpellier. Ce métier aide les animaux et les enfants à rester en bonne santé, les vêtements sont fabriqués avec des matières naturelles. Nous mettons dessus le remède qui grâce au contact de la peau va soigner le malade. Si ce métier avait existé en 2017, Shana aurait pu sauver son hamster ! A bientôt ! Lola, Meylie, Meyssa et Shana Cm1

Prix spécial du jury Classe / Texte
Traducteur langage animal

Centre de loisirs jeunesse (CLJ 44) Nantes, Loire-Atlantique

Score du jeu : 407 000

Un groupe de collégiens dans le cadre d’activité périscolaire avec Mme Margaux PENEAU, animatrice au CLJ 44

Traducteur langage animal

Pour être traducteur en langage animal, il est nécessaire d’avoir un bac + 6 en psychologie animale. Le but de ce métier est de traduire le langage des animaux pour pouvoir les comprendre et les rendre égaux à l’humain et mieux adapter nos comportements à leur égard.

Ce n’est pas le client qui se déplace mais le professionnel. Ce qui explique que c’est un travail plutôt bien payé. Chaque animal a ses caractéristiques linguistiques et c’est ce qui fait varier la paye du traducteur. Le salaire de celui-ci n’est donc pas fixe. Cela dépend des animaux qu’il va voir. Il suffit à un client d’appeler le traducteur pour que celui- ci se déplace rapidement et avec tout son matériel. Evidemment le professionnel s’aide d’applications et d’appareils spéciaux. Ensuite il répond à la demande du client : aider à comprendre ce qui ne va pas chez l’animal ou au contraire ce qui va bien. Le client peut appeler pour tout type de demande.

L’écoute, l’attention et la patience sont des qualités souhaitables pour faire ce métier. L’homme et la femme ont tous deux ces mêmes qualités. Il est donc possible que chacun soit heureux dans ce nouveau métier qui peut aider monde animal et monde humain à mieux se comprendre et mieux se connaitre.

Prix Classe / Texte
Ingénieur d’Imprimante Alimentaire chez « Futurant »

Collège J. Monnet, Strasbourg, Bas-Rhin Elen HAKOBYAN – Hajar ENNIYA – Markha MERZHOEVA et Iman ZAGAYEVA

Classe de 3e UPE2A Avec Mme Pauline Muller, professeure

Score total : 531 000

Ingénieur d’Imprimante Alimentaire chez « Futurant »

Bonjour, nous sommes en 2037 sur la planète XI. Nous sommes ingénieurs au restaurant » Futurant ».

Il y a 4 filles et 4 garçons qui travaillent dans le restaurant où pour manger on appuie sur un bouton (à droite) et après un tableau virtuel sort. Sur ce tableau, on peut choisir ce qu’on veut manger. Ensuite, la commande, sous forme de message électronique, part à la cuisine. Ils n’achètent pas de nourriture parce que dans ce restaurant, il y a des ingénieurs d’imprimantes alimentaires.

Nous travaillons toute l’année. Notre travail est d’imprimer de la nourriture en 3D. On a fait ainsi car c’est bien pour les familles qui n’ont pas assez d’argent pour aller au supermarché, parce que la nourriture là-bas est très chère. Ce travail consiste à imprimer de la nourriture de haute qualité. Il y a 100% d’égalité entre les hommes et les femmes.

En cuisine, il y a quatre filles ingénieures qui coupent les viandes et impriment les repas commandés sur le tableau alors que les quatre garçons s’occupent d’apporter les repas à table. Ils obtiennent tous le même salaire, 300 HEMI par heure. Quand on a fini son repas, on appuie sur « OK » et il y a une autre assiette virtuelle où tu mets l’argent. À l’extérieur du restaurant, il y a beaucoup de bidons où les gens, quand ils veulent manger, peuvent écrire une lettre au restaurant, avec leur commande. Après ils mettent ce papier dans le bidon le plus proche de chez eux. Ils poussent le bidon pour qu’il arrive au restaurant où ils préparent la nourriture et le renvoient à la maison. La famille doit mettre l’argent dans le bidon et Le renvoyer au restaurant.

Sur la planète Xi, à l’extérieur, il y a un problème avec l’air. C’est donc mieux de rester à la maison mais quand c’est obligatoire comme, par exemple, pour aller au travail, il faut mettre des masques et c’est pour cela que l’on a décidé d’utiliser les bidons, pour protéger les habitants de Xi, dépenser peu d’argent et bien manger.

Prix Maxi-Points
PNA

Agathe GOBERT Classe de 5e 13 ans Colline Beaumont, Pas-de-Calais

Score individuel : 81 000

En 2037, sur la planète Xi, où les hommes et les femmes vivent à 100% égaux, existe toujours ce miraculeux métier : architecte.

Architecte devient donc PNA : Protecteur de la nature architecturale… Grâce à ce métier, nous pouvons construire des maisons et des bâtiments naturels, pour éviter le réchauffement climatique et sauver la nature. Hommes et femmes travaillent ensemble, se soutiennent et construisent des immeubles que tout le monde peut habiter.

Le chef peut être une femme ou un homme, ça n’a plus aucune importance en 2037. Nous pouvons trouver des femmes carreleuses ou même des hommes architectes d’intérieur, la tolérance est au rendez-vous, chacun fait ce pour quoi il est doué. Dans le sud, les maisons ont un toit amovible : il s’ouvre quand il fait chaud et se ferme lors des intempéries. Alors que dans le nord au contraire, les maisons ont plusieurs couches de toits pour assurer une meilleure protection. Pour éviter les sécheresses et réduire les pertes d’énergie, ils construisent des éoliennes (qui existent déjà maintenant) mais qui en tournant leurs pales projettent des jets d’eau. L’eau est en fait attirée comme un aimant par les pales de l’éolienne du ciel. L’eau qui n’est pas pompée du sol peut donc continuer d’alimenter les sols sans problèmes.

En 2037, les salaires ne seraient plus en fonction des diplômes ou des sexes mais calculés en fonction de la durée du travail. Exemple, un ouvrier travaillant une heure toucherait la même chose qu’un ingénieur travaillant une heure. PNA devient plus facile qu’aujourd’hui : grâce à des outils high-tech ; tablettes nouveaux formats…Ces nouveaux architectes peuvent en un clic, faire sortir de terre un bâtiment que le client aurait déjà testé grâce à une paire de lunettes le projetant dans sa nouvelle maison.