<< Retour

Prix spécial Artisanat
Electricien des étoiles

Collège Saint Joseph – Sète Classe : 3e DP3 Professeur : Elsa Cori – professeure documentaliste

SCORE classe : 276 000 

Damien Cappellini

SCORE : 56 000

En 2034, la planète XI connaît un gros danger environnemental poussant les Xiniens à fermer toutes les centrales produisant de l’énergie qui polluent et les oblige à développer d’autres sources d’énergie afin que la planète survive.

En 2036, grâce à l’énergie astrale, la pollution a baissé de moitié. Cette énergie astrale est extraite à partir de la roche étoilique. Sur chaque étoile du système astral de XI des robots prélèvent la roche et la transforment en énergie astrale. Cette énergie est chargée dans de grosses batteries qui sont envoyées par navette vers XI et ses centrales qui la distribuent. La compagnie pour laquelle je travaille est EDX qui veut dire électricité de XI, mon rôle est de contrôler les mines d’extraction. Le centre de contrôle est situé sur une planète accessoire à XI qui est la planète XIBIS. Tous les matins je prends mon poste sur XIBIS grâce à une navette spatiale.

Mon travail est primordial car je dois vérifier l’état des robots qui font l’extraction de la roche étoilique. Nous sommes une centaine d’hommes et de femmes hautement qualifiés en robotiques. Sans nous, la planète XI serait condamnée à disparaître. L’énergie astrale est indispensable.

Catégorie Vidéo/blog classe de Montpellier
Quand je serai grand·e...

Ecole Frédéric Bazille- Montpellier Classe : CM1/CM2 Professeurs : Mélissa Fontane, Nathalie Pedrot, Maxime Beaucamp

Voir le mur de dessins des élèves 

 

Catégorie Texte classe
Les chaussuriers ou les chaussurières

École Jules Simon, Montpellier CM1/CM2 Professeur : Elsa Charlot

SCORE classe : 44 500

Fatima Bahbouz

En 2036, il existe des grandes boites qui récupèrent les chaussures et qu’on appelle les attrappe-chaussures. Des chaussuriers et des chaussurières vont les télécommander pour qu’elles soient livrées directement chez les personnes qui en ont besoin. Ce qui n’est pas en bon état passera à la déchiqueteuse. Julie et Félix se promenaient sur la planète Xi. Tous les jours ils voyaient un gros tas de chaussures; ils trouvaient que ça polluait trop. Alors après 14 heures de travail, ils fabriquèrent deux machines : l’attrape -chaussures télécommandée et la déchiqueteuse. Ensuite, ils décidèrent qu’il y aurait une attrape chaussures dans chaque rue et que les employés auraient une télécommande pour guider la machine. L’attrape- chaussures, une fois pleine, livrera à la personne qui les commandera les chaussures qui leur plaisent et le reste partira à la déchiqueteuse qui découpera les matériaux (le cuir, le caoutchouc, etc…) Ce sera une deuxième vie pour les matériaux. Ils étaient fiers d’eux, alors ils présentèrent leurs inventions à l’association « recycler, c’est la vie » qui organisait un concours. Ils gagnèrent le premier prix et purent rencontrer le président de la république en chair et en os.

Catégorie Vidéo/blog classe
Ingénieur en terra formation

Collège Jacques Prévert 38540, Heyrieux Professeur : Monsieur Orus Classe : 3e DP3

Score classe : 145 000

Tony Carod SCORE : 60 000

Alors que la place sur terre devient rare, l’humain décida de partir s’installer sur la lune. Au travers de sa vidéo Tony va vous expliquer son métier …

Catégorie Texte classe
Eco-modeur/Eco-modeuse

Collège Saint Joseph – Sète Classe : 3e DP3 Professeur : Elsa Cori – professeure documentaliste

Victoria Djuric

SCORE: 38 000

Bonjour, Je m’appelle Xenah. Je viens de la planète Xi. J’habite dans la mégalopole Xelofone qui est la capitale de la mode. Les plus grosses maisons de stylisme sont : Xive, Xineo et d’autres. Moi je travaille pour Xive. Ce métier est apparu en 2027 suite à un gros problème de pollution. Il n’y avait plus de coton, les végétaux avaient disparu de la surface de Xi. Il n’y avait que des déchets. Le métier d’éco-modeur/éco-modeuse consiste à créer des vêtements de luxe avec ces déchets. Pour accéder à ce métier il faut faire 5 ans d’études de stylisme et de sciences des matériaux à l’école Reblog. Dans ma classe il y avait 15 garçons et 15 filles. Mon enseignant était le grand Maintech. Dans ce métier je suis tout le temps en train de penser à des vêtements. Dans la grande maison Xive, il y a autant d’éco-modeurs que d’éco-modeuses. Chaque mois je suis payée 10000 das (brut).

Catégorie Individuel Vidéo/blog
Vendeur de voitures volantes

Louis Bermond Collège Max Rouquette- 6ème D Saint André de Sangonis (34) 

SCORE : 28 000

Dans 30 ans, les voitures auront beaucoup évolué et un métier deviendra très connu, celui de vendeur de voitures volantes…

Catégorie Texte individuel
Constructeur de banquise

Eliott Delagarde 6e, collège Jean Monnet 79120 LEZAY

Score : 53 000

JOURNAL DE BORD 1er jour : Ça y est, j’ai trouvé un nouveau travail : constructeur de banquise ! Le principe est très simple ; il suffit de congeler de l’eau pour en faire des énormes glaçons. Ensuite d’énormes paquebots positionnent les icebergs pour refaire la banquise. Mais je m’aperçois que le problème, dans ce métier, c’est que la banquise refond très vite et qu’il faut énormément d’eau à congeler…

2ème jour : Dans l’entreprise nous sommes dix, 5 filles, 5 garçons, et c’est comme ça depuis 10 ans ! Nous n’avons pas de «patron», nous nous dirigeons tous seuls, contrairement à d’autres métiers, et ça me convient très bien ! Aujourd’hui je dois aller à la mer pour récupérer de l’eau accompagné de Christine, qui elle aussi vient pour la première fois. 3ème jour : Je vais sur le terrain, je ne vois que du blanc puis les paquebots assemblent les morceaux de glace et forment une énorme plateforme. Moi, j’ai trouvé ça énorme mais à l’échelle du monde, ce n’est vraiment rien du tout. En rentrant, Christine m’a dit qu’elle faisait ça aussi pour les ours polaires, les phoques et toute la faune et la flore polaire. Moi, je fais ça pour la planète et pour nos enfants.

Catégorie Maxi-points
Catégorie Maxi-points

Mathieu Melouki 6e, collège Jean Monnet 79120 LEZAY

Catégorie Maxi-points Score : 79 000

Bonjour, C’est moi, votre fils Mathieu, je viens de passer le concours pour être conducteur d’aérotrain et j’ai été reçu.

Imaginez moi conducteur d’aérotrain: un bébé de 45 tonnes, 475 km/h et qui marche avec des électro-aimants qui se repoussent et font avancer le train. Question diplôme j’ai eu mon bac technologique et un diplôme de tourisme car c’est un moyen de transport mais aussi un transport d’éco-tourisme. Depuis la fermeture de toutes les centrales nucléaires, l’énergie pour les électro-aimants a dû être trouvée dans des énergies renouvelables comme l’énergie solaire.

Sur l’aérotrain il y a des panneaux solaires qui alimentent le train en électricité. Je suis très fier d’être conducteur ; si vous voulez je vous apprendrais à conduire ; c’est assez facile c’est comme, heu… comment prendre un exemple de votre époque, conduire une voiture, ou un avion ! Dans ce métier, il y a la parité hommes/femmes comme dans tous les métiers ; ce n’est pas comme il y a 20 ans en 2016.

J’espère vous revoir très vite. A bientôt. Mathieu